Bannière FA

La Fédération anarchiste, un projet pour la révolution sociale



Ce qui motive notre action Nos refus politiques
  • L’égalité économique et sociale
  • La liberté
  • L'émancipation de tous les individus sans distinction
  • Le refus de l’État
  • Le refus du capitalisme, de la logique du profit, du salariat et de la monnaie
  • Le refus de la religion
  • Le refus du sexisme, du racisme, de l'antisémitisme et de l'essentialisme



Le projet de société anarchiste La pratique révolutionnaire
  • L’organisation fédérale anarchiste
  • L’autogestion généralisée de la production
  • L’organisation de la répartition
  • L’éducation libertaire
  • L’information
  • La gestion des conflits
  • La révolution sociale et libertaire
  • L’implication dans les luttes sociales



en savoir plus : la FA mode d’emploi & l’anarchisme aujourd’hui

Communiqué

Avorter, un droit universel !

publié le : 19-09-2021 par Secrétariat aux relations extérieures

Chaque année dans le monde, plusieurs dizaines de milliers de femmes meurent de ne pas pouvoir avorter dans des conditions sécurisées, soit du fait de l’interdiction de l’IVG sur leurs lieux de vie, soit des freins mis dans des pays où l’IVG est légal, mais entravé par des décisions de justice ou un manque de financement.

Dans ce cadre, la Fédération Anarchiste défend que l’IVG est un droit universel, fondamental et personnel qui doit être accessible à toutes les personnes concernées dans le monde !  

Face à notre monde capitaliste, patriarcal et aux frontières qui enserrent les populations, nous exigeons des mesures d’urgence.

D’abord que le droit à l’IVG soit garanti par des moyens humains et financiers partout.

Pour celles qui n’y auraient pas accès pour des raisons religieuses, juridiques ou autres, nous demandons la création en urgence d’un visa automatique pour soins médicaux, couplé à des aides matérielles, pour permettre que celles qui le souhaitent puissent avorter dans les pays où cela est autorisé.

La Fédération Anarchiste est aux côtés de celles et ceux qui luttent pour que ce droit soit accessible partout, pour que l’éducation aux sexualités soit dispensée à toutes et tous. Les avancées récentes dans plusieurs pays sont le fruit de ces luttes, menées sans relâche et avec force.  

Nous luttons pied à pied contre les religions, les  États et tout ceux qui souhaitent dicter aux femmes ce qu’elles doivent faire de leur corps.

Nous appelons à participer à toutes les initiatives autour de la date du 28 septembre 2021, journée mondiale du Droit à l’Avortement.


Les Relations Extérieures de la Fédération Anarchiste

Communiqué

Motion concernant le Service National Universel (SNU)

publié le : 02-09-2021 par Secrétariat aux relations extérieures

Motion de la Fédération Anarchiste adoptée au 79ème congrès de Merlieux le 22 août 2021



Après une première phase « test », en juin 2019, au cours de laquelle 2 000 volontaires âgés de 15 et 16 ans avaient pu essuyer les plâtres d’un programme aberrant, rétrograde, nationaliste et autoritaire, après une deuxième phase durant l’été 2020, repensée a minima en raison de la pandémie liée à la COVID 19, l’État revient à la charge, maintient son calendrier et compte bien rendre pérenne et obligatoire le Service National Universel (SNU).
Lors de son 78e congrès, en juin 2019, la Fédération anarchiste entendait signifier son opposition stricte au SNU (voir la motion « NON, le Service National Universel ne passera pas ! »), une position que nous réaffirmons aussi fermement qu’il y a deux ans, d’autant plus que les contours du programme, alors balbutiant, apparaissent maintenant de manière bien plus claire.

Rappel de l’épisode précédent...

On se souvient, en juin 2019, des images de jeunes en uniforme bleu marine, casquette et cocarde tricolore sur la poitrine, au garde-à-vous, chantant la Marseillaise devant caméras, préfets et ministres enthousiasmés à l’idée de participer à leur manière bien particulière à l’éducation de 2 000 volontaires soigneusement triés sur le volet. La communication devait être parfaite car l’enjeu était de taille ! Il s’agissait bien de promouvoir deux semaines d’encasernement, rythmées par les lever de drapeau, les chants patriotiques, le sport, les formations aux premiers secours et aux valeurs de la République, les cours d’histoire les récitations chorales du roman national...
Ni la rudesse le l’encadrement fraîchement sorti de St Cyr, ni les séances punitives de pompes collectives, ni les syncopes dues aux longues commémorations d’un 18 juin particulièrement chaud ne semblaient alors émousser la motivation des jeunes volontaires acquis à la cause nationale, et dont une très grande partie disait s’accommoder sans peine du bleu, du kaki et du traitement qui va avec puisque au moins deux de ces ingrédients feraient sans doute partie de leur métier à venir...

 

Cette année

Ce qui concernait 2 000 volontaires en 2019 devrait concerner à l’horizon 2024, de manière progressive, 800 000 enrôlés, bien évidemment, de manière obligatoire !
D’ici là, puisque la deuxième étape de la mise en place du SNU n’a pas pu avoir lieu exactement comme prévu en 2020, il s’agit de ne surtout pas rater le rendez-vous de 2021, quitte à revoir les effectifs à la baisse : ce seront finalement 18 000 jeunes qui participeront au SNU partout en France, contre les 150 000 prévus. Et pour les trouver, comme pour les encadrer, le gouvernement a mis les petits plats dans les grands : référents SNU dans certains lycées, coordinations départementales, ouverture des Contrats d’Engagement Éducatif (CEE) aux militaires, obligation faite aux associations et fédérations d’éducation populaire de signer une déclaration commune « afin de renforcer leur action dans la lutte contre le séparatisme », les engageant à « aider les populations à retrouver fierté dans la Nation et confiance dans la République » et leur interdisant de questionner les contours de ce « socle républicain » etc.

Contre la soumission de la jeunesse...

Pour défendre le SNU, Emmanuel Macron répète qu’« il ne s’agit pas de réinventer le service militaire mais de donner à la jeunesse de France des causes à défendre, des combats à mener dans les domaines social, environnemental, culturel »1.

La « jeunesse de France » n’aurait selon lui plus goût à rien ? Elle manquerait d’engagement, d’implication ou d’idées ? En bref, les jeunes auraient bien besoin qu’on les secoue ! C’est oublier un peu vite son implication contre la « loi Travail », pour la défense des retraites, contre les réformes Blanquer. Les jeunes se mobilisent en soutien aux exilés, font grève contre l’inaction climatique… En fait, les raisons de s’engager ne manquent pas, et Macron en donne déjà pas mal !
Derrière la prétendue volonté de valoriser l’engagement des jeunes, il faut voir une politique faisant de la jeunesse une menace, un ennemi intérieur, voire « séparatiste » !
A ce sujet, Sarah El Haïry, secrétaire d’état chargée de la Jeunesse et de l’Engagement déclare que « chanter "la Marseillaise" et donner du respect au drapeau font partie d’un moment d’unité citoyenne. Donc si, au cours du séjour, un jeune refuse de chanter "la Marseillaise", d’assister au lever des couleurs, ou de porter l’uniforme, il devra quand même s’y conformer »2. On imagine facilement que le développement de l’esprit critique et le débat ne seront pas vraiment les priorités du SNU. On peut également s’interroger sur les moyens à disposition pour obliger les jeunes à « se conformer »...

Loi de programmation des universités limitant considérablement les mobilisations étudiantes, manipulation syndicale, SNU obligatoire, répressions policières en tout genre, etc. Tout ceci procède de la même logique : ce que veut le gouvernement, ce n’est pas que la jeunesse s’engage, c’est qu’elle marche au pas !

Malgré les efforts du gouvernement pour faire la pub du SNU, qui peut sérieusement penser qu’un programme directement inspiré de l’univers militaire permettra de répondre aux inquiétudes légitimes de la jeunesse ? Que le port de l’uniforme annule les inégalités dont certains se sentent à juste titre les victimes ? Que passer deux semaines à réciter le roman national répondra à la colère d’une partie de la jeunesse qui doute du fait que la République les traite à égalité ? Ça n’était pas vrai durant le service militaire, ce ne sera toujours pas le cas avec sa nouvelle version.

En 2018, le SNU a changé de ministère de tutelle. Passant de celui de la Défense à celui de l’Éducation nationale. Cette grande institution qui a massivement recours aux contrats précaires, qui méprise et maltraite ses personnels et ses élèves. Ce ministère pour lequel on nous répète depuis des années qu’il n’y a pas « d’argent magique ». On serait en droit de se demander si le budget faramineux alloué au SNU ne serait pas mieux utilisé à recruter de nouveaux enseignantes et enseignants, à faire baisser le nombre d’élèves par classe, bref, à mettre en place une vraie politique d’éducation qui viserait l’émancipation des élèves et le développement de leur esprit critique en se basant sur des professionnels dont c’est le quotidien...

... Et les remises en causes répétées des droits de travailleurs

Le gouvernement ne cesse d’expliquer la grande valeur éducative du SNU, en énumérant les associations d’éducation populaire intégrées au programme. Et il est vrai qu’elles sont nombreuses.

Ces associations, qui représentent, 680 000 personnes salariées et 6 millions de bénévoles se retrouvent donc vidées de leur sens, dépolitisée, chargées de l’application des politiques publiques et privées de subventions si elles refusent de « se conformer ».

De plus, tous les jeunes passant par le SNU devront, à la suite des deux semaines en « brigades », effectuer « 84 heures de mission d’intérêt général (MIG), à réaliser dans l’année qui suit le séjour de cohésion au sein d’un service public, d’une association, d’une collectivité, d’un corps en uniforme, etc. »3. Autrement dit, les jeunes remplaceront des emplois aujourd’hui occupés par des employés qui ont un salaire, une convention collective ou un statut, la possibilité de s’organiser syndicalement, des droits individuels et collectifs. Ils seront très vivement encouragés à poursuivre leur engagement volontaire par un service civique, dans les mêmes conditions de précarité.

Nous devons nous opposer au SNU !

Derrière la communication gouvernementale, on comprend facilement que le Service National Universel est une opération de soumission de la jeunesse, autoritaire et anachronique, complètement déconnectée des principaux concernés et d’un mépris absolu pour celles et ceux qui ont choisi pour métier d’accompagner les plus jeunes dans le développement d’une pensée libérée, émancipée et faisant du doute et de la critique les fondements d’une société saine et démocratique.

Aujourd’hui et demain, comme nous l’avons fait au temps du service militaire, par l’information auprès des jeunes et des parents, par diverses actions décentralisées, en lien avec les associations et syndicats refusant cette vaste entreprise d’embrigadement nationaliste et patriotique, la Fédération anarchiste fera tout pour enterrer le SNU.



Fédération anarchiste


1 www.lemonde.fr, 31/01/18
2 www.leparisien.fr, 10/01/21
3 www.education.gouv.fr
 

Communiqué

Des libertés encore et toujours menacées

publié le : 02-09-2021 par Secrétariat aux relations extérieures

Motion de la Fédération Anarchiste adoptée au 79ème congrès de Merlieux le 22 août 2021  
 
 

Le climat social est à l’inquiétude : une crise sociale, une crise sanitaire, une crise économique…  
Surfant sur le malaise sociétal, l’État en profite pour renforcer l’appareil sécuritaire et répressif afin de satisfaire un électorat toujours plus conservateur.
 
Depuis le mouvement des Gilets jaunes, les forces de l’ordre macronien ont toute latitude pour réprimer avec virulence les manifestations, et les mutilations furent nombreuses. Les ministres de l’intérieur successifs déclarent soutenir et couvrir les comportements des forces de répression.  
Certains propos sont insultants à l’égard des victimes. Pendant ce temps, le reste du gouvernement regarde ailleurs, tout comme la classe politique parlementaire.  
 
La manipulation est En Marche : l’action coordonnée du pouvoir et des médias aboutit à une insécurité dans les esprits et permet de faire adopter des lois et des décrets liberticides en toute quiétude.  
 
Il est ainsi possible de renforcer le contenu des fichiers d’individus « sous contrôle ». Personne ne s’en offusque. Les organisations qui ont attaqué le décret devant le Conseil d’État ont perdu.  
 
Nous assistons à la robotisation du contrôle des populations : les algorithmes, la géolocalisation, le contrôle des messageries, les drones, la vidéo-surveillance, et maintenant le QR-code… Tout un arsenal technologique et juridique transforme insensiblement nos États dits de droit en États policiers, et nos sociétés réputées libres en société de la peur, où la suspicion suspend la solidarité et fait de l’hospitalité un délit pénal.  
 
Le dispositif législatif s’est largement développé durant cette crise. L’arbitraire policier s’est épanoui.  
Les libertés des simples individus sont bien faibles devant les juges.  
 
La Fédération Anarchiste avait dénoncé la proposition de loi dite « de sécurité globale », notamment le célèbre article 24 visant à interdire les images des forces de l’ordre en pleine action, et plus généralement le dispositif qui donnait sans contrôle des pouvoirs exorbitants aux policiers municipaux. Le Conseil constitutionnel a eu une position curieuse : il a déclaré inconstitutionnel le contenu de l’article 24 reformulé, mais il a admis d’autres dispositions liberticides. C’est tout le texte qui porte atteinte aux libertés publiques et qu’il faut supprimer.  
 
Il s’agissait d’une tactique consistant à inscrire dans un texte une énormité juridique qui sera évidemment annulée pour faire passer le reste tout aussi dangereux.  
 
Récemment le Conseil d’État, saisi du Schéma national du maintien de l’ordre, en a remis en cause certaines dispositions. Même tactique qu’au Conseil constitutionnel, on annule le plus gros pour faire passer le reste. Ainsi la « nasse » est supprimée pour le moment car trop attentatoire aux libertés.  
Quatre dispositions visant la liberté d’informer sont aussi annulées. Restons prudents, quantité de dispositions annulées réapparaissent dans d’autres textes, les rédacteurs profitant de l’absence de vigilance.  
 
Dans les mois qui viennent, élections présidentielles et législatives obligent, face à la montée des extrême-droites, la classe politique professionnelle, droite et gauche confondues, fera assaut de mesures restrictives et attentatoires aux libertés publiques. La Fédération anarchiste prendra toute sa place dans la lutte contre l’établissement d’un État toujours plus policier et réactionnaire.  

 
Fédération Anarchiste

Communiqué

Contre la haine, pour l’Anarchie !

publié le : 15-08-2021 par Secrétariat aux relations extérieures

Profitant des récentes mesures gouvernementales indigentes de contrôle social par QR Code et puisant dans une pensée obscurantiste, réactionnaire et négationniste, l’extrême-droite redéploie en toute impunité son discours nauséabond et raciste dans l’espace public, discours bien trop largement relayé.

Les effets sont immédiats : agressions de militants syndicalistes et politiques se revendiquant des traditions de lutte de classe lors de manifestations contre le « pass sanitaire », détérioration par des tags antisémitismes d’une stèle en l’honneur de Simone Veil, femme politique déportée car juive et dégradation de locaux syndicaux et militants.

Contre l’État, gestionnaire calamiteux et discriminant de l’épidémie de Covid-19 et contre l’extrême droite rétrograde et antisémite, la Fédération anarchiste poursuit la lutte.
Elle exprime aussi sa solidarité avec les victimes des exactions perpétrées par les nervis de l’extrême droite.

Nous ne reconnaissons aucune frontière entre les humains, aucun État, aucune « race », l’Humanité n’étant qu’une. Nous luttons contre tous les obscurantismes, contre les superstitions, contre les religions. Nous abattrons ce qui nous divise pour renforcer ce qui nous rassemble.

Vers l’anarchie, toujours.

Les Relations Extérieures de la Fédération Anarchiste

Communiqué

Allocution présidentielle 12 juillet 2021, Encore des menaces !

publié le : 15-07-2021 par Secrétariat aux relations extérieures

Emmanuel Macron, roi élu de la République Française comme tous ses prédécesseurs, a donc parlé. Dans son allocution du 12 juillet, il a pris soin de tout mélanger pour une fois de plus dérouter ses interlocuteurs. Alors que l’ensemble de cette sortie médiatique aurait dû porter sur la pandémie et la vaccination, le bon seigneur n’a pas pu s’empêcher de menacer une fois de plus de casser le modèle social français.

La Fédération Anarchiste est pour une sortie rapide de la pandémie mondiale qui nous touche. Nous avons dans ce sens signé, aux côtés d’autres forces politiques, un appel pour la levée des brevets sur la fabrication des vaccins contre le Covid19. Et ce pour faciliter la fabrication au niveau mondial et permettre à toutes et tous d’être protégés. Les anarchistes ont toujours pensé que les sciences sont les alliées de l’émancipation : à ce titre, nous œuvrons à une éducation populaire accessible, sur tous les sujets, afin de contrer les idées confusionnistes qui émergent de toutes parts. Enfin, à l’heure où nous parlons, nous ne pouvons que constater l’égoïsme des pays riches. Sur 3 milliards de doses de vaccins injectées dans le monde, moins de 1 % l’ont été dans les pays les plus pauvres, pourtant souvent les plus touchés. C’est une honte et une fois de plus les gouvernements des pays riches ont des morts sur la conscience.

Cela ne nous rend pas pour autant partisans du tout sécuritaire annoncé. En père fouettard, l’État, par la voix de son premier serviteur, est donc venu donner la fessée aux récalcitrants, tout en profitant de cela pour tester des outils comme l’utilisation massive de gestion des flux numérisée. Nous appelons évidemment toutes et tous à faire ce qu’il faut pour sortir de cette pandémie, mais la méthode d’adjudant mal dégrossi mise en place n’est que la démonstration de la faiblesse de l’État et la poursuite de sa gestion calamiteuse de l’épidémie.

La seconde partie de la diatribe présidentielle nous révolte encore plus. Elle peut se résumer par un slogan : « Au boulot les feignasses ». Ainsi, notre marquis du Trocadéro n’entend pas moins que de nous imposer d’emmerder encore plus les chômeurs et de diminuer leurs revenus, tout en obligeant l’ensemble des françaises et français à travailler plus longtemps en partant plus tard à la retraite ! Le même qui arrose les milliardaires et les multinationales veut donc faire payer « la crise », mot à la mode pour dire capitalisme, aux plus démunis ! Il ne manque pas d’air le fanfaron de l’Élysée quand même !

Face à cela, une réponse claire doit être donnée : il est temps non pas d’aller « maintenir les acquis et simplement contre Macron » mais bien d’exploser la République telle qu’elle est, pour enfin aller vers un monde débarrassé des classes, des possédants et des empêcheurs de vivre. Comme le dit le groupe Massilia Sound System « Le capitalisme est une cochonnerie ». Il est temps d’arrêter de danser dans la fange !



Les Relations Extérieures de la Fédération Anarchiste

Communiqué

Le Service national universel : c’est toujours non !

publié le : 21-06-2021 par Secrétariat aux relations extérieures

La Fédération Anarchiste est partie prenante de la lutte contre le SNU et s’associe à la déclaration suivante.
Les Relations Extérieures de la Fédération Anarchiste

 

 

Le Service national universel : c’est toujours non !


Le Collectif national contre le Service national universel a tenu une réunion le 10 juin 2021. C’est l’occasion pour les organisations et collectifs locaux qui le composent de réaffirmer leur refus de ce projet gouvernemental. Plus que jamais, la plateforme unitaire que nous avons adoptée il y a deux ans est d’actualité.

Les ministres réquisitionnés pour aller chercher les volontaires
Inquiet de ne pas avoir ses 25 000 volontaires pour cette année 2021, le gouvernement n’a pas lésiné sur les moyens : un nombre considérable de ministres a été mis à contribution pour aller chercher ces jeunes volontaires, à grand renfort de réunions organisées dans les départements. L’objectif gouvernemental est tout juste atteint. Les gros efforts de persuasion qui ont été nécessaires montrent à quel point le gouvernement peine à convaincre les jeunes des bienfaits de ce projet, a fortiori s’il est rendu obligatoire. C’est un motif important de notre opposition !

Le SNU : silence dans les rangs …
La fédération nationale de la Libre pensée, membre du collectif Non au SNU, avait demandé à être reçue par la secrétaire d’Etat en charge de celui-ci. Une importante liste de questions lui avait été soumise afin de préparer au mieux la rencontre. Madame El Haïry a décidé de ne pas donner suite à cette demande !

Confier les jeunes à l’armée, c’est dangereux
On nous présente le SNU comme un moyen « d’éduquer » les jeunes mineur.es qui y seraient astreint.es, de leur expliquer « la république » … Nous ne sommes pas dupes des vraies intentions. Mais l’actualité rappelle aussi à quel point il serait dangereux de confier chaque année ces jeunes mineur.es à l’institution dont nombre de responsables de haut rang viennent encore de s’illustrer à travers un appel à l’épuration ethnique du pays et à consolider « l’ordre social » par un recours à l’armée.


Agissons contre le SNU !
Les organisations membres du collectif poursuivent le travail d’information sur la réalité du SNU. Les collectifs locaux agissent dans les départements, pour sensibiliser les jeunes, les parents, les enseignantes et enseignants, les éducatrices et éducateurs, etc. C’est ainsi que sous l’impulsion du collectif unitaire de Meurthe-et-Moselle, les syndicats départementaux FSU, CGT Education et SUD Education ont adressé une information spécifique à 40 000 travailleuses et travailleurs de l’Education nationale en Lorraine ; c’est un exemple parmi d’autres. Nous encourageons à développer des initiatives pendant les mois d’été et prendrons une initiative nationale en novembre prochain.


Le Service national universel que le gouvernement veut rendre obligatoire pour les jeunes de 16 ans, c’est :


Une opération de soumission de la jeunesse : il s’agit d’inculquer un esprit d’obéissance aux règles, un respect absolu des normes… Règles et normes qui, pour la plupart, ne visent qu’à perpétuer les inégalités et injustices inhérentes à l’organisation actuelle de la société. Cette volonté de soumission passe aussi par un contrôle renforcé, notamment à travers la mise en fiches de tous les jeunes de 16 à 25 ans ; on sait comment ce genre de fichier peut être utilisé ! Volonté de soumission, enfin, car elle ne reconnaît comme « engagement » des jeunes que les dispositifs étatiques.

La remise en cause des droits des travailleurs et travailleuses : les jeunes du SNU seront utilisé/es pour remplacer des emplois aujourd’hui occupés par des employé/es qui ont un salaire, une convention collective ou un statut, la possibilité de s’organiser syndicalement, des droits individuels et collectifs. Avec le SNU, chaque année, 800 000 jeunes seront exploité/es, sans aucun de ces droits, pour des durées variables ; ils et elles seront très vivement encouragé.es à poursuivre leur « engagement volontaire » par un service civique, dans les mêmes conditions de précarité.

Des dépenses considérables : 6 milliards €/an, selon un rapport sénatorial de 2017. Ces milliards seraient bien plus utiles pour le service public de l’Éducation, qu’aux mains des militaires !

Le renforcement de la militarisation. Encadrement militaire, levée du drapeau, chant guerrier, uniforme, parcours du combattant, raid commando, etc. contribueront à l’endoctrinement des jeunes. La propagande visera à banaliser encore plus le rôle de l’armée, alors que celle-ci est en pointe dans la répression, sur le territoire français, dans les colonies et diverses régions du monde. Sans surprise, il n’est nullement question dans le programme de pacifisme, de non-violence, ni de remise en cause du rôle de l’armée.


Le gouvernement nous dit : Il faut que les jeunes s’engagent.
Mais c’est déjà le cas !


Ils et elles s’engagent pour lutter contre le racisme, pour que cesse la destruction de la terre, pour défendre leur droit à étudier, pour le partage des richesses, pour le droit au logement, pour l’égalité des droits et contre les discriminations, etc.
Ce n’est pas à l’État de les forcer à s’engager !


Comment peut-on parler d’apprendre la citoyenneté, lorsqu’on confie l’encadrement à l’armée (qui, par ailleurs, n’était pas demandeuse) ?


Non au SNU ! Abrogation du SNU !



Campagne unitaire contre le SNU : Union pacifiste, Union syndicale Solidaires, ASSO-Solidaires, Solidaires Lycéen·nes région parisienne, Fédération Solidaires Étudiant·e·s, Fédération SUD éducation, SUNDEP Solidaires Sud Enseignement privé, Solidaires Jeunesse et Sports, Fédération SUD Collectivités territoriales, Fédération Éducation de la Confédération Nationale du Travail, CNT Santé, Éducation, Social et Territoriale de Lorraine, Fédération éducation/recherche de la CNT-SO, Émancipation tendance intersyndicale, Les Jeunesses Syndicalistes, Mouvement National Lycéen, Fédération Indépendante et Démocratique Lycéenne, Fédération nationale de la Libre Pensée, Droits Devant !!, Ni guerres ni état de guerre, Causes communes, Anciens Appelés en Algérie et leurs Ami(e)s Contre la Guerre, Réseau des Centres de Recherche, d’Etude et de Formation à l’Animation et au Développement, Mouvement de la paix, ATTAC-France, Stop Fuelling War, Abolition des Armes Nucléaires – Maison de Vigilance, Mouvement de l’Objection de Conscience Nancy, GRATLIB,  Queer Education, Parti Communiste des Ouvriers de France, Europe Écologie – Les Verts, Fédération Anarchiste, Union Communiste Libertaire, L’insurgé, Les Jeunes écologistes, Union des Jeunes Révolutionnaires, Union Prolétarienne ML, Unité Communiste de Lyon, Groupe libertaire Jules Durand, Mouvement Résilience, Radio-Libertaire, Revue Silence, Arc en ciel théâtre réseau coopératif. Collectifs locaux unitaires Non au SNU Loire-Atlantique, Lyon, Bordeaux, Angoulême, Nancy, Chambéry, Hérault…

Pour rejoindre le collectif : nonsnu@lists.riseup.net

International

Conflit israélo-palestinien : contre toutes les frontières, pour la paix entre les peuples !

publié le : 17-05-2021 par Secrétariat aux relations internationales

Des dizaines d’années de conflit, des dizaines d’années d’expulsions, de colonisation...et autant d’années de non respects du droit international.
Des dizaines d’années de plans de paix sans concrétisation...ou entraînant la mise à mort de ceux qui les portent.
Des dizaines d’années de blessés et de morts.
Des dizaines d’années de mensonges, de groupes de fanatiques religieux, palestiniens ou israéliens, jouant sur les haines.

Trop d’années à être des variables d’ajustement selon les intérêts de tant d’acteurs et pas uniquement israéliens ou palestiniens.

Depuis une semaine, les braises incandescentes se sont faites flammes !

Avec toujours les mêmes ingrédients : expulsions, résistance et manifestations, répression ultra violente et complètement illégitime et maintenant roquettes contre frappes aériennes.
Et toujours les mêmes résultats !
Des morts, des blessés, des destructions.

Netanyahou et ses alliés d’extrême droite (de ceux qui tentent de gouverner à ses côtés jusqu’aux "jeunes de collines" et autres groupuscules racistes et violents), ont tout intérêt, pour des raisons de politique intérieure, et pour se protéger de la justice pour le premier, à mener des actions qui ravivent les flammes, qui permettent l’entrée en scène du Hamas.

Si à première vu on pourrait croire que tout éloigne Netanyahou, ses alliés et le Hamas, en vérité ils jouent bien plus les uns pour les autres qu’on ne pourrait le penser.

Netanyahou, ses alliés et le Hamas, partagent bien plus l’amour de la guerre, de la haine, de la division, qu’ils ne partagent l’envie d’une résolution pérenne de ce conflit. Conflit qui dure depuis bien trop longtemps. Leurs politiques identitaires et nationalistes n’ont pour effet que la mort de personnes innocentes et l’emprisonnement à vie (ou quasiment) d’une population entière dans la bande de Gaza.
Quant au second pouvoir politique palestinien, représenté par Mahmoud Abbas, il est inaudible et ne semble pas plus un espoir pour la jeunesse palestinienne que les autres.

Nous nous tenons aux côtés de celles et ceux, en Palestine, en Israël, qui œuvrent pour la paix, pour le respect des droits des palestiniens et palestiniennes et qui résistent et militent contre la politique raciste, colonialiste du pouvoir israélien.

Une paix pérenne dans le monde ne pourra s’obtenir que par l’abolition de toutes les frontières et de toutes les armées !

Plus que jamais, mort à la guerre, mort à la colonisation, mort au nationalisme !
Longue vie à la solidarité, à la paix et à la liberté.



Communiqué du Secrétariat aux Relations Internationales de la Fédération anarchiste francophone,

Membre de l’IFA – Internationale des Fédérations Anarchistes

International

Colombie : Solidarité internationale

publié le : 07-05-2021 par Secrétariat aux relations internationales

Tenons-nous informés et ne laissons rien passer




Les inégalités structurelles en Colombie

La Colombie fait partie des 15 États les plus inégaux au monde, et en Amérique Latine elle occupe malheureusement la première place. Dans la société colombienne, la terre et les richesses, tout comme les postes d’élus et les médias de masse, sont détenus par une petite partie de la population. En conséquence, c’est 42.5% de la population qui se trouve en situation de pauvreté et de grande précarité, vivant avec une moyenne de 72€ par mois. Cette situation dure depuis des années et a encore empirée avec la pandémie de covid-19. La majorité de la population lutte chaque jour pour vivre dignement, pour manger, avoir un logement, accéder à la santé et à l’éducation.


Déjà 10 jours de mobilisation

C’est dans ce contexte que le gouvernement national, sous la houlette du Président Ivan Duque, a souhaité faire passer une réforme fiscale pour que les dettes issues de la pandémie soient payées par les classes moyennes et populaires, sans imposer fortement les personnes les plus riches du pays. C’est face à cette réforme en temps de pandémie que le 28 avril a été déclarée une grève nationale et qu’a commencé un processus de mobilisation sociale qui dure depuis 10 jours déjà. Bien que la pression populaire ait été suffisamment forte pour que la réforme fiscale soit abandonnée, le peuple colombien poursuit la mobilisation concernant les choix politiques néolibéraux et inégalitaires dans les domaines de la santé, des retraites et du travail.


Criminaliser et délégitimer la mobilisation sociale

La réponse du gouvernement et du parti au pouvoir face au mouvement national massif et pacifique est de délégitimer et de criminaliser la mobilisation en affirmant que celle-ci émane d’organisations telles que les FARC, l’ELN (armée de libération nationale) ou du politicien de gauche Gustavo Petro. Ce discours vise à décrédibiliser le libre exercice de la manifestation auquel ont eu recours de nombreuses colombiennes et colombiens ainsi que des organisations sociales, les défenseurs des droits humains et les syndicats de travailleurs.


Cela montre, sans surprise, que chaque fois que la population se mobilise pour ses conditions de vie et la société dans laquelle elle souhaite vivre, les pouvoirs institutionnels cherchent à délégitimer et invisibiliser la réalité de la mobilisation sociale. L’objectif est de créer de la peur chez les personnes, dépourvues, qui observent ces événements à travers les médias traditionnels. Ceux-là traitent les manifestants comme des casseurs, niant les revendications politiques.


Violences des forces publiques

Ce discours de criminalisation et d’invisibilisation permet au gouvernement d’utiliser la violence physique, violant ainsi le droit constitutionnel à la manifestation par la brutalité policière. Entre le 28 avril et le 5 mai 2021, l’ONG Temblores a enregistré 1 708 cas de violences policières : 222 cas de violences physiques, 37 victimes d’homicides dus aux forces de police, 831 arrestations arbitraires, 10 victimes de violences sexuelles, 22 victimes avec des blessures aux yeux, 110 blessés par des balles tirées par la police et 312 cas d’interventions violentes de la part des forces de l’ordre.

****

Face à cette situation, nous manifestons notre solidarité avec les compagnes et compagnons colombiennes qui se mobilisent pour vivre dignement et pour construire une société plus juste.

Nous condamnons, en Colombie et partout dans le monde, l’utilisation de la coercition et de la violence policière et militaire pour criminaliser et assassiner celles et ceux qui se mobilisent.

Nous condamnons les discours du gouvernement colombien et du parti majoritaire – liés au paramilitarisme et au narcotrafic – qui délégitiment et criminalisent les personnes de tous bords et les non-encartés qui expriment le droit de protester.

Nous appelons à la solidarité internationale dans la lutte avec les colombiennes et les colombiens.

Nous appelons à poursuivre les engagements dans des alternatives concrètes autogestionnaires et coopérativistes, en Colombie et partout ailleurs, pour vivre ensemble dans un monde viable socialement et écologiquement.




Secrétariat aux Relations Internationales de la Fédération anarchiste francophone,
Membre de l’IFA – Internationale des fédérations anarchistes

Communiqué

Face à la pandémie, entraide et réappropriation

publié le : 11-04-2021 par Secrétariat aux relations extérieures

La gestion de la pandémie mondiale par les gouvernements, y compris français, est dans la droite ligne du cynisme habituel du capitalisme : laisser mourir les plus pauvres pour que l’économie tourne malgré tout.

Cette pandémie est aussi sociale : elle touche plus fortement les populations les plus pauvres (jusqu’à cinq fois plus de morts) et les plus isolées.

Pourtant une solution existe aujourd’hui : plusieurs vaccins sont disponibles et offrent une couverture suffisante pour aider à sortir de ce marasme mondial.

La Fédération Anarchiste porte des idéaux clairs : l’entraide plutôt que le chacun pour soi, la solidarité plutôt que la charité, l’Humanité plutôt que le Marché. Face à cette pandémie, nous ne pouvons continuer à laisser les multinationales et les États disposer de nos vies.

Nous appelons à ce que la course au capitalisme soit mise sur off. Nous appelons à auto-organiser l’entraide pour ne laisser personne sur le côté, que ce soit pour les biens matériels mais aussi pour les difficultés psychologiques que peut entraîner un tel moment. Et même au delà de la pandémie, quand celle-ci sera vaincue. Nous appelons à une internationale de la santé, contre le marché, pour l’humanité.

Encore plus urgent, nous appelons à ce que les brevets des vaccins qui fonctionnent soit mis sur la place publique pour permettre leur fabrication à plus grand échelle et plus vite. Il y a entre 5 et 7 milliards d’humains à vacciner, et nous ne pouvons pas nous contenter de dire que quand les pays riches seront vaccinés, le reste de du monde nous serait indifférent. Nous appelons celles et ceux qui travaillent dans les métiers du médicament à prendre les outils en main pour sortir de la logique capitaliste et fabriquer pour l’humanité entière les soins et moyens de protection dont elle a besoin.

Nous savons que ces appels ne seront pas suffisants et qu’il nous faut organiser la société autrement et de façon plus horizontale et sans domination. C’est à cela que nous nous attelons, et nous ne pouvons que souhaiter que le plus grand nombre se lance dans cette aventure qui grandirait l’humanité. Pandémie ou pas.



Les Relations Extérieures de la Fédération Anarchiste

Communiqué

Soutien à la PLUME NOIRE, librairie lyonnaise

publié le : 28-03-2021 par Secrétariat aux relations extérieures

Le 20 mars 2021, en pleine journée, vers 14h, un groupe de fascistes a attaqué les locaux de «La Plume Noire» à Lyon. Heureusement, cette attaque ne se solde qu’avec de la casse matérielle. La « Plume Noire » est une librairie autogérée lyonnaise.

Comme toujours, l’impunité dont jouit l’extrême droite, en particulier dans les rues de Lyon, démontre à quel point sa présence est acceptée par les pouvoirs publics.

Il n’y a pas de place dans nos rues pour la haine. Pas de place pour les idées racialistes, racistes et différentialistes portées par ces individus qui rêvent d’un monde d’entre soi et de fermeture basé sur la race et ses dérivés.

Nous apportons notre soutien à la Plume Noire et souhaitons courage et ténacité aux militant.e.s attaqué.e.s le 20 mars 2021.

Nous appelons toutes les personnes qui le souhaitent à rejoindre ,samedi 3 avril à 14h, la place des Terreaux à Lyon (à confirmer) pour la manifestation nationale contre les violences de l’extrême-droite. Elle est initiée par l’Union Communiste Libertaire (UCL), et dont la Fédération Anarchiste est soutien aux côtés de bien d’autres organisations.

 

Les Relations Extérieures de la Fédération Anarchiste

Billets des groupes de la FA

Des id?es et des luttes. Errico MALATESTA

publié le : samedi 20 novembre 2021 par Le Monde Libertaire

>> LIRE LE BILLET

d?lit d?art

publié le : lundi 20 septembre 2021 par Le Monde Libertaire

>> LIRE LE BILLET

Faits d?hiver. La France s?ennuie !

publié le : lundi 20 septembre 2021 par Le Monde Libertaire

>> LIRE LE BILLET

Une du 20 septembre; recherche rapide

publié le : lundi 20 septembre 2021 par Le Monde Libertaire

>> LIRE LE BILLET

Pour toi, mon amour

publié le : lundi 20 septembre 2021 par Le Monde Libertaire

>> LIRE LE BILLET

Julos, tu nous l?avais toudis promis

publié le : lundi 20 septembre 2021 par Le Monde Libertaire

>> LIRE LE BILLET

Idol?trie ? Encyclop?-disons !

publié le : lundi 20 septembre 2021 par Le Monde Libertaire

>> LIRE LE BILLET

Septembre, octobre ? Publico

publié le : lundi 20 septembre 2021 par Le Monde Libertaire

>> LIRE LE BILLET

Le concept d'« Eurabia » chez Bat Ye'Or

publié le : samedi 18 septembre 2021 par Monde-nouveau

>> LIRE LE BILLET

Pan le piaf, t?es mort !

publié le : jeudi 16 septembre 2021 par Le Monde Libertaire

>> LIRE LE BILLET

Crise de foi : Du principe de pr?caution

publié le : lundi 13 septembre 2021 par Le Monde Libertaire

>> LIRE LE BILLET

Une du 13 septembre; recherche rapide

publié le : lundi 13 septembre 2021 par Le Monde Libertaire

>> LIRE LE BILLET

R?pression en Bi?lorussie en ao?t 2021

publié le : lundi 13 septembre 2021 par Le Monde Libertaire

>> LIRE LE BILLET

Flics dans les trains

publié le : lundi 13 septembre 2021 par Le Monde Libertaire

>> LIRE LE BILLET

Permittents perturbateurs

publié le : lundi 13 septembre 2021 par Le Monde Libertaire

>> LIRE LE BILLET

Des ?nes instruits

publié le : lundi 13 septembre 2021 par Le Monde Libertaire

>> LIRE LE BILLET

Le moment de la glane

publié le : lundi 13 septembre 2021 par Le Monde Libertaire

>> LIRE LE BILLET

Banalit? ? Encyclop?-disons !

publié le : lundi 13 septembre 2021 par Le Monde Libertaire

>> LIRE LE BILLET

Le brigadier du temps perdu

publié le : lundi 13 septembre 2021 par Le Monde Libertaire

>> LIRE LE BILLET

La guerre, chants contre !

publié le : lundi 13 septembre 2021 par Le Monde Libertaire

>> LIRE LE BILLET