La Rage du Social

 

 

                                   

                                                                             8 euros 120 pages

Le travail social est aujourd’hui en crise comme tous les secteurs et toutes les institutions. C’est en dehors des institutions, des structures, et des pratiques traditionnelles que s’invente, ou s’inaugure jour après jour, le travail social de demain.

Celui-ci expérimente d’autres modalités d’intervention : le travail hors cadre et hors institutions au plus près des publics et des groupes marginalisés. Bien que minoritaires et précarisées, ces expériences existent et se répandent. Elles appellent l’ensemble des acteurs éducatifs et sociaux, au delà des cloisonnements (professionnels / usagers), ou par secteur (l’Ecole, l’Education populaire, l’Education spécialisée) à s’approprier leurs pratiques, leurs terrains et l’ingénierie de leur intervention.

Les textes réunis dans ce recueil sont directement liées aux pratiques concrètes qui les inspirent. Ils sont écrits par un seul auteur mais s’inspirent d’une expérience plurielle et collective. Ils traitent des questions vives de l’intervention sociale et éducative dans une perspective engagée.

Manifest schizo-rationaliste

                                                   

 

 

                                                            108 pages 5euros

Ce manifeste est dédié à ceux qui pensent que, pour vivre heureux, il n’est pas indispensable d’être entouré par une ribambelle de fâcheux. Cette misanthropie se double d’un ferme refus de tout obscurantisme, des religions et des superstitions. Son nom : le schizo-rationalisme.

 

Le Grand Système libéral s’attache à empêcher schizo-rationaliste de s’épanouir, armé de ses idoles rances que sont la famille, le travail, la fraternité de pacotille et le consumérisme béat.

 

L’esprit de sérieux et l’aveuglement face à la mort seront aussi les cibles du schizo-rationalisme, tout comme le natalisme, le bougisme, la particratie, le mariage, la vulgarité conviviale et la dictature numérique.

Anarchisme et cause animale Tome 2

                                                           

 

                                                                                                  120 pages 9 euros

 

Compte tenu de la vigueur des débats sur la cause animale, une mise au point s’impose à partir d’une réflexion anarchiste bénéficiant de ses principes fondateurs : liberté de penser, franchise d’expression, refus des tabous, respect du dialogue, refus de la complaisance ou de la chimère, prise en compte des réalités sociales, politiques, économiques et culturelles.

 

Le premier texte aborde l’histoire du végétarisme au sein du mouvement libertaire en Europe occidentale avant 1945. Montrant son importance plutôt précoce, dès la fin du XIXe siècle, il en présente la richesse, la variété mais aussi ses dérives et son potentiel de discordes.

 

Le deuxième texte pose la question de la souffrance animale à partir des dernières découvertes des biologistes dans ce domaine. Il la lie à celle de l’exploitation animale. Ne serait-ce que du point de vue de l’évolution des espèces n’y aurait-il pas un mutuellisme entre l’être humain et l’animal ?

 

Le troisième texte, qui détaille les aspects nutritionnels, souligne la nécessité de bien penser les régimes alimentaires pour la santé.

 

Le quatrième et dernier texte pose, chiffres à l’appui, la question de la possibilité ou de l’impossibilité du végétalisme sur l’ensemble de la planète dans l’hypothèse où l’humanité tout entière adopterait ce mode d’alimentation. Contrairement aux apparences, l’issue serait loin d’être simple rien que sur le plan agronomique, agricole et économique. La généralisation du soja et l’adoption de cultures de substitution soulèveraient de nouveaux problèmes.

 

La cause animale n’est pas seulement une question individuelle mais aussi collective, pas seulement éthique mais aussi sociale.

 

Affinités NON électives

                                                   

 

                                                                Un livre de René Berthier

                                                                          14 euros

                           Une coédition les éditions du Monde Libertaire et les éditions Libertaires

L’histoire nous a habitués à ne voir dans les rapports entre anarchistes et marxistes qu’une opposition irréductible entre deux courants du mouvement ouvrier que tout sépare. Cette opposition ne saurait être sous-estimée, et encore moins occultée. Mais à plus d’un siècle de distance il serait temps d’aborder les choses d’un point de vue dépassioné.

L’élaboration théorique de penseurs comme Proudhon, Marx ou Bakounine doit être restituée dans le lent mouvement de travail qui, au 19eme siècle, tente de mettre en place un instrument d’analyse permettant de comprendre les mécanismes de la société capitaliste.

Ces convergences ne sauraient occulter le fait que les régimes politiques se réclamant de l’héritage de Marx ont fait couler beaucoup de sang ouvrirer.

Il faudra bien un jour rendre des comptes et ne pas se contenter de dire: "Kronstadt? Oui, c’était une erreur...

Pérégrinations pédagogiques

                                               

 

Par ce titre Pérégrinations pédagogiques Hugues Lenoir tient à rendre hommage à Flora Tristan qui publia le récit de son voyage au Pérou titré Pérégrinations d’une paria. Mais, il souhaite surtout rappeler que pour répandre ses idées socialistes et féministes, Flora s’engagea dans un tour de France à la rencontre des ouvriers et des ouvrières en 1843. Comme, elle, il poursuit son voyage en pédagogie émancipatrice. Il consacre la première partie de cet ouvrage à un précurseur des pédagogies modernes, disciple de Jean-Jacques Rousseau, Johann Heinrich Pestalozzi, auquel les pédagogues libertaires doivent (peut-être) quelques-unes de leurs idées. Il prolonge son chemin en brossant une rapide synthèse de l’émergence et de la permanence du souci d’éduquer que partagèrent les militants libertaires et leurs organisations, du milieu du XIXe siècle au premier tiers du XXe durant la Révolution espagnole. Enfin, l’auteur termine sa promenade en éducation libertaire en analysant et commentant, avec un regard contemporain, la conférence donnée sur ce thème en 1900 par le militant anarchiste hollandais Ferdinand Domela Niewenhuis dont le texte est reproduit in extenso dans l’ouvrage pour conclure sur une brève réflexion autour de Jacotot/Rancière et Le Maître ignorant.

Prix; 8 euros

 



 

 

Enjeux libertaires pour le XXIe siècle par un anarchiste néophyte

Par Philippe Corcuff

Paris, Éditions du Monde libertaire, 296 p., 14 euros

 

 

Un livre de philosophie politique anarchiste et pragmatiste

 


 

Sommaire

 

Introduction : Méthodologie pragmatique pour un anarchisme pragmatiste

 

Partie I : Le travail de la critique

1 – Autobiographie critique d’un anarchiste néophyte : parcours et errements d’un militant

2 – De la diabolisation des médias (Adorno, Debord, Chomsky, etc.) à une critique pragmatiquement radicale

3 – Questionnements écologistes, décroissance et pluralisme libertaire

4 - Questions de/à l’altermondialiste John Holloway

5 - Questions du/au « postanarchisme » de Michel Onfray

6 – Qui/quoi est responsable de la panade actuelle : la société, les autres ou moi ?

 

Partie II : Exploration de sentiers libertaires hérétiques

7 – Liberté et égalité : Bakounine rééquilibré par Proudhon

8 - Marx et les anarchistes : résonances partielles, liaisons iconoclastes, tensions

9 - Éclats libertaires hors de l’anarchisme : interférences entre Rosa Luxemburg, John Dewey et André Gorz

10 – Critique sociale, capitalisme, individualités et individualisme

11 - Apports de Michel Foucault à la boîte à outils libertaire

12 – La double hypothèse d’un anarchisme pragmatiste et d’une social-démocratie libertaire

 

En guise d’ouverture : Actualité d’une Fédération Anarchiste

 

*********************************

 

Anarchisme et cause animale

 

Ouvrage des textes d’anarchistes sur place des animaux :

 

Il y a chez Proudhon, Bakounine, Reclus et Kropotkine un vrai  fil conducteur, au-delà de quelques différences (Reclus et Kropotkine intégrant la théorie darwinienne). Ils reconnaissent une continuité entre l’homme et l’animal, ils postulent une possibilité qu’il y ait une nouvelle espèce supérieure à l’homme dans l’évolution ou même que l’homme évolue mais que 1/ ce n’est pas leur problème, ni le problème de l’humanité 2/ l’homme est animal et plus qu’animal, par différence non de nature mais de degré : l’homme est supérieur mais non tyran. Ils n’approchent pas la question par la "raison" ou par la "souffrance", thèmes qui sont des impasses pour eux, mais par le projet sociétaire.

 

 

 

 

                                              

Dimensions: 14x21

Prix: 9 euros

 

 

Pas de la dynamite mais du tabac

 

Cet ouvrage est une édition critique et commentée d’un dossier manuscrit, trouvé dans les Archives fédérales suisses de Berne, contenant les procès-verbaux des auditions qui ont eu lieu entre février et mai 1885 en Suisse romande par le juge Berdez, en occasion de la grande enquête contre les anarchistes ordonnée par le gouvernement fédéral, la première de ce genre en Suisse.

 

Dans le cadre d’une pression internationale anti-anarchiste toujours plus poussée, le prétexte pour lancer une investigation est fourni alors par le faux bruit que les anarchistes, dont une partie avait trouvé en Suisse un pays de refuge, songeaient à faire sauter le palais fédéral avec de la dynamite. Au fil des auditions des « soupçonnées », le ridicule de ces accusations ressort progressivement, agrémenté d’épisodes exhilarants comme la recherche de caisses de dynamite qui se révèlent contenir du tabac … Les réponses sarcastiques des militants expérimentés, celles hésitantes des plus jeunes, parfois intimidés, et celles melliflues des espions, bien reconnaissables, nous donnent un aperçu de la vie quotidienne et de la mentalité de ces militants.

 

                                       

 

 

Kôtoku Shûsui

Fidèles aux principes moraux de son éducation confucéene et remodelés par les idées modernes, Kôtoku Shûsui incarne une éthique révolutionnaire non dogmatique. Cosmopolite, il connait très bien les cultures japonaises, chinoise et occidentale. Par ses écrits et son engagement, il a impressioné toute une génération de Japonais, au-delà mêmedes milieux militants. Contrairement à l’idée reçue d’un Japon groupiste et conservateur, il montre que l’anarchisme a su se développer dans ce pays.                                  

 

 

                                           

Format: 14x21

Prix: 5 euros

collection: Graine d’ananar

Carrare

 

 

S’il est vrai que l’anarchisme, avec le Congrès international a confirmé qu’il est vivant et présent, il est aussi vrai qu’il a dû prendre en charge une lourde tâche : celle de régler ses comptes avec lui-même, de faire son examen de conscience face au monde d’aujourd’hui.

Pier Carlo Masini – (Critica Sociale, le 20 septembre 1968).

 

C’est au Congrès de Carrare de 1968 que s’est constituée l’Internationale des Fédérations anarchistes - laquelle poursuit toujours, et avec vivacité, son développement à travers le monde - mais pour le mouvement libertaire ce fut aussi une occasion extraordinaire de faire de la politique en se confrontant à un public élargi…

 

Ce livre est conçu à partir de sources diverses : enregistrement audio des moments les plus importants du congrès, revue de presse des journaux italiens qui ont couvert l’événement, commentaires et analyses d’intellectuels et de militants contemporains, témoignages des participants, documents du Congrès.

 

Format 14 x 21 ; 248 pages + CD audio 

17 €

 

François Salsou est un anarchiste oublié. Ceux qui ont ententu son nom ne le connaissent que pour un attentat contre le Shah d’Iran. L’auteur a voulu en savoir plus...

Né dans l’Aveyron le 4 février 1876, mort le 19 juillet 1901 aux îles du Salut, en Guyane, François Salsou, ouvrier pâtissier, fut un lecteur de la presse anarchiste, jusqu’au jour où il décida de réaliser un attentat contre le Shah d’Iran en visite à Paris lors de l’exposition universelle. Salsou est alors arrêté, condamné au bagne à perpétuité. On voit ici comment, un peu comme Ravachol, un individu révolté par l’injustice peu sincèrement croire qu’un acte isolé peu changer le monde.

Michel Delmouly a travaillé à partir de nombreuses archives pour approcher la vie de François Salsou.

Format 14 x 21 ; 80 pages

5 €

 

Selon Bakounine, aucune idéologie ne devait dominer dans l’Internationale, qui devait être un mouvement de masse et c’est pourquoi il combattit Marx.

Après que l’Internationale dite anti-autoritaire a surmonté la crise due aux manipulations bureaucratiques, elle devient anarchiste, allant à l’encontre de ce que voulait Bakounine et précipité la chute de l’organisation qui devint un groupe affinitaire.

René Berthier propose une interprétation qui sort des idées reçues concernant un épisode important de l’histoire du mouvement social. 

392 p.

16 €

Max Nettlau

 

Historien, philologue, infatigable chercheur, Max Nettlau passa sa vie à préserver la mémoire de l’idéal anarchiste. Il l’étudia comme un naturaliste. Rudolf Rocker, ami très proche de Nettlau, écrit : « Peu de compagnons ont une idée réelle de la vie de cet homme hors du commun. Hormis Proudhon, personne dans tout le mouvement anarchiste n’a accompli un travail aussi considérable. » Cette monographie honore la mémoire d’un homme, et celle d’individus qui oeuvrèrent à l’édification d’une société anarchiste.

416 pages

18 €

 

 

Actualité de Bakounine 1814-2014

Actualité de Bakounine 1814-2014

ouvrage collectif

Deux siècles après sa naissance, moins d’un siècle et demi après sa mort, la vie et les idées de Michel Bakounine (1814-1876) sont encore riches d’enseignements en ce début de XXe siècle. La promotion par Bakounine d’un socialisme libertaire lui vaut en son temps l’opposition des socialistes autoritaires, partisans de Marx. Or au cours du XXe siècle, ce socialisme autoritaire, qu’il soit social-démocrate ou stalinien, loin d’émanciper l’humanité du capitalisme et de l’Etat, l’a entraîné dans des impasses souvent tragiques.

La pensée de Bakounine donne des pistes pour retrouver le fil émancipateur. Sept auteurs discutent son actualité dans différents domaines : le militantisme (Franck Mintz), l’analyse politique (René Berthier), le syndicalisme (Maurizio Antonioli), le nationalisme (Gaetano Manfredonia), la religion (Jean-Christophe Angaut), la géopolitique (Philippe Pelletier) et la philosophie politique (Philippe Corcuff).

Sacco & Vanzetti

Sacco & Vanzetti

réédition

En 1917, les États-Unis entrent dans le conflit mondial. Pour échapper à la mobilisation, les anarchistes Ferdinando Sacco (dit Nicola Sacco) et Bartolomeo Vanzetti se réfugient au Mexique avec une trentaine d’insoumis. Quand ils rentrent clandestinement aux USA, quelques mois plus tard, de nouvelles lois sur l’immigration suscitent la colère des anarchistes et des attentats visent les responsables de cette politique xénophobe. En 1920, la répression policière s’abat sur le mouvement libertaire, provoquant notamment la mort d’Andréa Salsedo. C’est dans ce contexte de chasse aux "subversifs" qu’ont lieu deux hold-up : le 24 décembre 1919 à Bridgewater, et le 15 avril 1920 à South Braintree, ou deux convoyeurs sont tués. Le 5 mai 1920, Sacco et Vanzetti sont arrêtés par la police. Le 16 août, Vanzetti est condamné pour le premier braquage à 15 ans de prison. Le 11 septembre 1920, Sacco et Vanzetti sont accusés du meurtre des convoyeurs. C’est le début de l’affaire "Sacco et Vanzetti". Le procès du 31 mai au 14 juillet 1921 les déclare coupables. Des comités de soutien se créent dans le monde entier pour clamer l’innocence des deux inculpés. Mais ni les immenses manifestations internationales, ni le manque de preuves formelles ne feront reculer la "logique" juridico-politique. Le 12 mai 1926, leur condamnation à mort est confirmée. Le 23 août 1927, Sacco et Vanzetti sont exécutés sur la chaise électrique, suscitant une réprobation mondiale. En 1977, 50 ans après leur exécution, leur mémoire est réhabilitée par le gouverneur du Massachusetts...


Année 2014 - 72 p.

Louise Michel

Louise Michel

Qui est Louise Michel ? Une inclassable qui inventa quelques-unes des formules les plus galvaudées, après elle, de l’anarchisme : « Le pouvoir est maudit. » Ce pouvoir, qui s’exprime aussi dans l’exercice d’une sexualité à laquelle il est d’usage de considérer que Louise Michel se déroba. Louise Michel n’est pas Emma Goldman qui força le respect de ses compagnons, sans se complaire dans la secondaire position de l’épouse, ni dans le nihilisme de son illustre prédécesseuse. Diane chasseresse, Louise Michel a choisi tard son devenir. Le jour où la contre-révolution fusilla Théo Ferré et la plongea dans ce deuil des sens dont elle ne sortit pas. Alors, le costume de la femme guerrière, qu’elle avait déjà endossé du vivant de Théo Ferré, déguisée en garde national et grisée de l’odeur des poudres sur les barricades - « Oui barbare que je suis, j’aime le canon, l’odeur de la poudre, la mitraille dans l’air. » -, elle qui s’entraîna au tir avant la Commune, Louise Michel ne le quitta plus. On ne manqua pas de la comparer à Jeanne d’Arc. Une combattante ne peut qu’être une vierge. Toutes les effigies de femmes armées de l’histoire moderne sont des vierges habillées en homme. La guerre ou le sexe. Et l’on croit tout savoir sur Louise Michel...

décembre 2013, 72 p

Commander sur le site de Publico

Etudes proudhonniennes (tome 2)

Etudes proudhonniennes (tome 2)

Le second volume des études proudhonniennes de René Berthier est consacré à la propriété.

Le second volume des études proudhonniennes de René Berthier est consacré à la propriété.
On ne retient souvent qu’une phrase célèbre - La propriété, c’est le vol - mais il est intéressant de voir que la position de Proudhon sur la propriété a évolué au cours de temps.
En outre ce volume d’études proudhonniennes s’attache à évaluer l’héritage proudhonien sur la question : ce qui en a été retenu dans l’AIT (congrès de Bruxelles, congrès de Bâle), mais aussi ce qu’on peut en retenir aujourd’hui en vue de l’établissement d’une économie libertaire.

Géographie et anarchie

Géographie et anarchie

Pourquoi trouve-t-on plusieurs géographes parmi les théoriciens du mouvement anarchiste constitué au cours des années 1880, suite à la Première Internationale ?
Godwin, Proudhon ou Bakounine offrent déjà des réflexions sociologiques et politiques mais aussi spatiales à travers la question du fédéralisme libertaire, des nationalités ou de la démographie.
La géographie d’Élisée Reclus est déjà bien étudiée par plusieurs spécialistes, mais il fallait approfondir ses rapports avec l’anarchie. Philippe Pelletier se propose de le faire, en l’élargissant à la pensée de ses amis anarchistes et géographes qu’étaient Pierre Kropotkine et Léon Metchnikoff.
Contrairement à la théorie marxiste qui préfère l’histoire ou l’économie, une logique commune relie la géographie et l’anarchie. Il ne s’agit pas de soumettre l’une à l’autre, et réciproquement, mais de réfléchir librement sur ce qui les anime et les rapproche : une vision du monde et des peuples, la compréhension de l’Ailleurs, la reconnaissance des besoins humains et des ressources, l’aménagement du territoire, la commune et le fédéralisme, la poésie et le paysage, le rapport à la nature, et la confrontation avec l’écologie.
Abordant de façon critique le marxisme et l’écologisme, sans céder au prêt à penser scientifique ou politique, ce livre donne des outils de réflexion et d’expériences historiques pour libérer les espaces de toute domination.

En coédition avec les Editions libertaires.

Le mouvement anarchiste et syndical en Tunisie

Le mouvement anarchiste et syndical en Tunisie

Les révolutions arabes ont offert un nouveau souffle pour les luttes internationales. Elles ont ouvert de nouveaux champs d’espoir.

En Tunisie, les anarchistes continuent leur œuvre de résistance et de construction d’un mouvement libertaire au sein du mouvement révolutionnaire. Ils se structurent au sein du mouvement Désobéissance.

Après avoir participé aux diverses luttes sociales qui ont agité le pays, après avoir chassé Ben Ali en janvier 2011, après avoir organisé une Rencontre des Peuples en lutte, à Tunis, en novembre 2011, ils ont repris le travail quotidien pour l’émancipation et l’égalité sociale. Ils sont en lien avec les organisations syndicales, les organisations de chômeurs, de femmes, etc.

A travers ces textes et interviews, on retrouve la volonté de conserver l’unité des révolutionnaires et de poursuivre ce qui a été entamé dans la lutte contre le système Ben Ali : la liberté, la justice, l’égalité économique et sociale.

  • ISBN : 9782915514520
  • PRIX : 8.00 €
  • COLLECTION : COLLECTIONS

Arthur Lehning

Arthur Lehning

L’anarchiste inachevé : Arthur Rimbaud (1854-1891)

L’anarchiste inachevé : Arthur Rimbaud (1854-1891)

J’ai commencé à lire Rimbaud en 1969... J’avais treize ans.
Si alors, je ne comprenais pas toujours les tenants et aboutissants des chemins emplis de merveilles sur lesquels il allait m’accompagner ma vie durant, il est devenu instantanément un complice, un ami, le confident de mes propres luttes intestines.

Adolescent, il haïssait tout ce que je détestais :

la religion, la famille, les bourgeois, les trous paumés, le manque d’aventure, ou encore, l’étroitesse d’esprit...

Qu’importe, pour moi, qu’Arthur Rimbaud ait fini par vendre des armes en Afrique, ce que ne lui pardonnent pas certains puristes. Quelqu’un, parmi nous, peut-il se prétendre totalement maître de son destin, soumis aux nombreux méandres et aléas de la vie ? L’image que je préfère garder de l’homme aux semelles de vent est celle de cet adolescent en rage contre tout et en quête d’un autre lui-même...

Anarchiste en herbe ? Anarchiste inachevé ? En tout cas, anarchiste, dans le sens primal du mot, tel que je l’entends. C’est-à-dire, empreint d’une révolte contre toute autorité qui devrait être naturelle. »
Arthur Rimbaud, l’anarchiste inachevé, oui... Car, cent vingt ans plus tard, il remue encore !


Patrick Schindler a choisi d’attaquer les clichés, les a priori, les fantasmes, voire les mensonges publiés au sujet du poète. Le but de cet essai est d’essayer de savoir pourquoi l’adolescent, qui rassemblait tous les ingrédients de l’anarchie, s’écarta de la lutte sociale, de l’amour et enfin de la poésie, pour plonger dans un individualisme itinérant. Si cette humble participation à son histoire pouvait donner aux êtres épris de liberté l’envie d’enfiler à leur tour ses souliers blessés, un pied près de leur cœur, afin de suivre Rimbaud sur ses traces remplies d’anarchie ! Qu’il les entraîne encore et toujours vers les affres les plus profonds de la création poétique, vers la jouissance, vers l’impossible, et qu’on laisse enfin le Rimbaud, qui voulait définitivement devenir un autre, le rester ! 214 pages - Mai 2011

Commander sur le site de Publico

Précis d’éducation libertaire

Précis d’éducation libertaire

Ce précis vise à engager une réflexion sur la place de l’éducation dans la cité en vue d’une émancipation politique, sociale et citoyenne.

Émancipation où l’apprenant - enfant ou adulte - doit avoir une place prépondérante, pour ne pas dire toute la place, dans l’organisation de son éducation et la production des savoirs.
Il s’agit donc - sans omettre pour autant la nécessaire lutte sur le plan économique - de construire par la liberté et l’éducation, voire par l’éducation de la liberté, un individu libre de penser et d’agir.
Il est suivi de quelques pages consacrées à Victor Considérant, continuateur de Charles Fourier et de sa pédagogie attrayante et naturelle, auteur et militant du socialisme utopique dont la pensée et les réflexions alimentèrent ultérieurement, à n’en point douter, les théoriciens et praticiens de la pédagogie libertaire.


Enseignant chercheur à l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense, Hugues LENOIR est également militant et pédagogue libertaire, et l’auteur de plusieurs ouvrages et de nombreux articles sur les pédagogies autogestionnaires et émancipatrices.

Commander sur le site de Publico

Lucia Sanchez Saornil : poétesse, anarchiste et féministe

Lucia Sanchez Saornil : poétesse, anarchiste et féministe

(1895 - 1970)

Artiste, militante, fondatrice en Espagne du célèbre groupe Mujeres Libres, Lucia Sanchez Saornil a consacré sa vie à la lutte contre les principaux maux qui oppriment l’humanité : le pouvoir, le capitalisme et le sexisme.


65 pages - Mai 2011

Commander sur le site de Publico